dies lunae

Ça fait longtemps que je n’ai rien écrit en français. J’allais passer un test de QI au mois d’août. Pour me sentir moins bête. Mais je sais que de toute manière, peu importe le résultat, je serais déçue. Et je le repasserai, encore et encore. Ça me coûterait une fortune. Tout ça pour que l’on me donne un chiffre. C’est idiot. Ça ne m’apportera rien. Donc j’ai annulé le rendez-vous. En plus, depuis que CPC a sorti ses livres, les tests de QI sont hyper à la mode. Tout le monde veut se faire tester et les parents font tester leurs enfants. Ils rêvent tous d’avoir un HP à la maison. On sait pourquoi. C’est la preuve qu’ils n’ont aucune idée de ce que c’est. Ce n’est pas quelque chose d’enviable, au contraire. F. m’a dit que je n’en avais pas besoin. Il n’en a pas besoin non plus.

Ça fait deux semaines que j’ai quitté Facebook. Personne n’a essayé de me contacter, personne ne s’est inquiété. J’ai pris contact avec des gens qui sont importants pour moi. Il y en a déjà assez.

Zu viele Köche verderben den Brei.

J’ai également arrêté de prendre des selfies. J’en ai assez, des photos de moi. Des tas de CD. Je n’ai pas besoin d’afficher ma tenue du jour. Je regrette un peu le compte Instagram de la grosse Charlotte, mais je peux le réactiver quand je veux. J’ai retrouvé mes vieux sites sur des CD. Des tas de sites. Au moins, ces choses-là m’appartiennent. J’en fais ce que je veux. Je contrôle le contenu et je le fais surtout pour moi. Je le montre à certaines personnes, en qui j’ai confiance. Mais pas à tout le monde. Mon site vit sa vie.

Je suis toujours terrifiée d’allumer mon téléphone le matin. Toujours peur d’avoir reçu un message ou une mauvaise nouvelle. Mais ça va. Je suis beaucoup plus calme sans Facebook. Il reste juste Twitter. J’y suis pour la poésie et la politique.

Fuck the FoMO

Je me bats toujours avec WordPress, parce que je n’utilise pas tous les outils à ma disposition. Je refuse les commentaires, les partages, les retweet et les like. Pas d’icône Facebook. Ce serait totalement hypocrite. Pourtant j’ai encore une page sur Facebook, deux mêmes. Pour le moment j’utilise juste les statistiques et les back-ups automatiques. Comme ça au moins, je suis sûre de ne rien perdre. Ça me suffit.

For you see, when us people who know run into each other that’s an event. It almost never happens. Sometimes we meet each other and neither guesses that the other is one who knows. That’s a bad thing. It’s happened to me a lot of times. But you see there are so few of us.

Carson McCullers, The Heart Is a Lonely Hunter